Frédérique Cattaert: « Un programme à faire partager »

 

Samedi 26 novembre, lancement de la bataille de diffusion du Programme Partagé du Front de Gauche.
Les élections présidentielles et les législatives qui suivront ne peuvent, dans la situation que connaissent les Français, se limiter à un jeu de chaises musicales ou à remplacer les uns par les autres.
Ce qu’il faut, c’est faire « place au peuple »! Avec un programme répondant à ses besoins.
Frédérique Cattaert, présidente du Comité du Front de Gauche du Pays Grassois,entourée des deux vice-présidents: Saïd Benoma et Rémy Lebas de Lacour, a présenté les grandes lignes d’un programme qu’il faut connaître et faire connaître.
Pour 2€, redonnons de l’espoir à tous ceux qui n’en ont plus!
« Ces élections présidentielles mais aussi les élections législatives qui suivront doivent permettre un changement pour tous ceux qui souhaitent une société plus juste et plus fraternelle.
Nous  pouvons inverser les choix politiques de notre pays.

Pour éclaircir ces choix, nous avons le programme partagé du Front de gauche, axe de travail, de réflexions et de propositions.
Non pas un catalogue mais un outil utile pour répandre des idées à partager, issu d’aspirations communes de militants de partis qui ont laissés derrière eux leurs habitudes de travail souvent isolées pour œuvrer ensemble car cette période particulièrement dramatique nécessite un combat commun.

Notre stratégie s’oriente vers l’humain, vers le citoyen agissant.
L’être humain crée, invente, produit  à l’inverse du système capitaliste qui lui base sa stratégie sur le fonctionnement des marchés financiers, sur le virtuel de la bourse. Marchés à qui nos gouvernants laissent tout pouvoir. Marchés financiers qui nous réclament de plus en plus de sacrifices, s’attaquent aux plus démunis d’entre nous pour avoir de plus en plus de profits et de privilèges.
Il faut arrêter  de cautionner les croyances de ces politiques libérales destructrices de nos services publics, de nos actions sociales, de réduire « le coût du travail », d’accentuer le chômage, du refus qu’on nos gouvernants de s’opposer aux banques, aux marchés.
Si nous sommes toujours dans un cheminement ouvert à tous, nous avons un contenu sur lequel nous pouvons discuter pour nourrir le débat politique.

La France est riche, le programme du Front de Gauche le montre et rappelle les ressources qui existent.
Mais cette richesse est très mal partagée : d’un côté, une minorité de nantis plus en plus riches, de l’autre, des difficultés pour la plupart des salariés, des travailleurs indépendants, de la jeunesse et des retraités.
Il faut donc la partager et …
– Abolir l’insécurité sociale,
– Reprendre le pouvoir aux banques et aux marchés financiers,
– Imposer la renégociation de la dette dont une grosse partie est illégitime
– Redéfinir notre mode de production, de consommation,
– Œuvrer pour une république vraie,
– Opter pour  une VIème république citoyenne
– S’affranchir du traité de Lisbonne et construire une Europe des peuples et non des marchands,
– Faire le choix d’une coopération entre les peuples et enfin créer les conditions d’émancipation  des citoyens afin que chacun puisse  s’épanouir et vivre mieux dans notre pays.

Quelques exemples…
– Remettre les  35 heures à taux plein,
– Ouvrir le droit à la retraite à taux plein à 60 ans,
– Passer à un SMIC à 1 700 euros,
– Retirer les lois anti sociales qui ont cassés et cassent encore le code du travail,
– Mettre en œuvre un système d’emploi et de formation pour tous,
– Faire de la lutte pour la santé une priorité, plus de fermetures ou de démantèlements d’hôpitaux, abroger la loi « Bachelot »,
– Organiser un pôle public du médicament,
– Créer un plan d’urgence pour le logement et contre la spéculation immobilière, bien sur interdire les expulsions locatives et revaloriser l’APL,
– Avoir une politique de l’énergie, du transport  100% publique,
– Réorganiser notre tissu industriel sur ses potentiels fondés sur des exigences d’emploi, de qualification et de recherche. Plus de multinationales centrées sur la recherche de profits mais aider les PME, PMI aujourd’hui créatrices d’emploi,
– Adapter une politique agricole qui correspond aux besoins alimentaires, encadrer les pratiques de la grande distribution et soutenir les agriculteurs sur tout le territoire.

Ces propositions correspondent à des propositions de financement : une taxation des revenus financiers des entreprises, des revenus du patrimoine, supprimer les exonérations des cotisations patronales et les niches fiscales.
Enfin, mettre en place une VI° République, c’est-à-dire étendre et augmenter la place des représentants citoyens dans la gestion des services publics et pour retrouver une démocratie vraie.
Il faut agir pour une VIème république parlementaire, sociale et participative ; également sortir du traité de Lisbonne qui impose « la concurrence libre et non faussée » au détriment des droits sociaux conquis par la lutte ; faire le choix d’une coopération entre les peuples et aux service de la paix.
Cette base exhaustive met au centre de notre programme l’humain. L’humain qui aura la maîtrise sur nos institutions, sur notre politique sociale, de santé d’énergies et de transport, sur notre politique économique et européenne, sans subir les dominations actuelles.

Je ne voulais pas énumérer les propositions comme dans un catalogue où tout est figé.
Je l’ai un peu fait; mais en même temps, vous aurez encore beaucoup d’idées nouvelles à découvrir dans ce programme.
Comme à « Radio Bistrot », je ne vous dis pas tout… »

Publicités

2 réponses à “Frédérique Cattaert: « Un programme à faire partager »

  1. Ce qu’il faut avant tout c’est pousser le PS à donner un grand coup de volant à gauche. A l’heure où Hollande tend à récupérer le centre, il est important d’attirer à soi une grande frange du ps qui, elle , est mal à l’aise avec la direction nationale de son partie. C’est pourquoi, plutôt que de lancer des piques à la face du « capitaine de pédalo », le front de gauche devrait avant tout s’adresser à la frange populaire du ps, oeuvrer pour un grand rassemblement des (vrais) gens de gauche. Si on veut bouter la droite et l’extrême droite hors de ce pays, c’est au prix d’un rassemblement de toutes les gauches.

  2. Il faut surtout faire connaître le programme du Front de Gauche et créer une dynamique de transformation sociale qui évite au peuple de se retrouver dans une situation comme celle de la Grèce de Papandreou ou de l’Espagne de Zapatero.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s