Alpes-Maritimes: C.Estrosi continue sa guerre d’Algérie

Dans les Alpes-Maritimes, une certaine droite n’en finit pas d’exhaler les pensées les plus nauséabondes charriées par l’extrême-droite fascisante.
Avant la II° Guerre mondiale, c’était « l’Eclaireur de Nice » qui vantait Mussolini et n’avait pas de mots assez durs pour les antifascistes français et étrangers.Pendant la guerre,  la « Légion » de Pétain et la « milice » du sinistre Darnand -un Niçois d’adoption- ont enrégimenté des milliers et des milliers d’habitants du département.

L’an dernier, le député UMP, L. Luca s’illustre en partant en guerre (sans l’avoir vu) contre le film « Hors la loi » de Rachid Bouchareb qui traite des débuts de la Guerre d’Algérie au travers de l’histoire de trois frères.
Cette année, c’est C. Estrosi qui veut empêcher la tenue à Nice d’un Colloque historique organisé par la Ligue des Droits de l’Homme: « Algérie 1962 : Pourquoi une fin de guerre si tragique ? » car il ne correspondrait pas à « l’esprit que sa municipalité entend donner aux commémorations » de ce moment terrible de l’histoire de la France et de l’Algérie.
La bande UMP qui dirige pour quelques mois encore, espérons-le, ce pays,   fait tout pour liquider l’enseignement de l’Histoire au Lycée et dénaturer les grands évènement de l’histoire nationale. Elle voudrait, en plus maintenant censurer et empêcher ce qui ne correspond pas à sa vision des évènements.
Si cela se passait à Cuba ou au Venezuela, on entendrait ces distingués « démocrates » si donneurs de leçons pousser des cris d’orfraies.
Aujourd’hui, ils veulent empêcher toute réflexion.
C’est insupportable pour la démocratie, pour la République, pour la pensée, tout simplement.

Au nom de l’Association Départementale des Élus Communistes et Républicains des A.M., Jacques Victor est immédiatement intervenu.
Ci-dessous, sa déclaration:

« Vieux démons coloniaux et électoraux !
Il faut vraiment que la perspective des prochaines échéances électorales soit sombre pour que Christian ESTROSI, Député-Maire UMP, Président de la métropole, se laisse aller à des dérives dangereuses pour l’exercice des libertés fondamentales dans notre département.

 À l’occasion du cinquantième anniversaire de la fin d’un conflit, source de tant de drames et de souffrances de part et d’autre de la Méditerranée, et de l’accession légitime de l’Algérie à son indépendance, la Ligue des Droits de l’Homme organise un colloque à Nice intitulé « Algérie 1962 : pourquoi une fin de guerre si tragique ? », avec la participation d’historiens, chercheurs et journalistes reconnus.
C’est tout à son honneur, dans un moment où rapprocher les deux rives de la Méditerranée passe par un travail de mémoire et de lumière sur ces moments douloureux.
Mais M. Estrosi, soucieux de donner des gages électoralistes à un quarteron de nostalgiques de l’OAS qu’il proclame d’autorité comme représentatif des rapatriés d’Algérie, non seulement témoigne dans une déclaration sa « totale désapprobation quant à cette démarche » mais plus grave encore, demande aux organisateurs « de surseoir, dans un esprit de sagesse, à la tenue de ce colloque. » Car  « cette démarche  ne s’inscrit en aucune manière dans le cadre ou l’esprit de la commémoration du cinquantenaire à Nice. »
Le Député-Maire, pour s’inscrire la nouvelle tendance de la droite visant à imposer une histoire « officielle et bienséante », a décider de se substituer aux chercheurs et historiens pour déterminer, en fonction du lobbying de clientèles électorales, quelle devait être l’interprétation « agréée » de la fin du conflit algérien, et de menacer ceux qui ne se plieraient pas à cet oukase.
La « sagesse », selon lui qui se prétend « gaulliste », consisterait à se plier aux intimidations de petits groupes factieux qui vomissent le Général de Gaulle et chérissent ceux qui ont attenté à sa vie, pour bâillonner l’expression de chercheurs et d’historiens. C’est parfaitement inacceptable.
D’abord parce que ces groupes de pression sont bien loin d’être représentatif de l’ensemble des rapatriés, ensuite parce que la liberté du débat public est indispensable à la démocratie en enfin parce que la prétention de vouloir dicter une « histoire officielle » nous ramène aux heures les plus funestes de notre histoire contemporaine.

Je tiens donc, au nom de tous les élus Communistes et Républicains des Alpes-Maritimes, à apporter notre soutien sans réserve aux promoteurs de cette initiative salutaire et nous appelons tous les citoyens, et les élus membres de notre association, à y participer en restant vigilants face à cette volonté de réécrire l’histoire ».


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s