Aleka Papariga: « la Grèce serait sauvée et le peuple en faillite… »

Parlement grec: le ton monte entre partisans du plan du FMI et de l’Union Européenne et opposants à la politique d’austérité et de misère. Excédé par le discours du gouvernement, le député communiste Giorgos Mavrikos réexpédie une copie du mémorandum en direction du banc des ministres.


Lors du vote, au parlement grec, dimanche soir,
sur le nouveau plan d’austérité de la Troïka, la Secrétaire Générale du Parti Communiste (KKE), Aleka Papariga, s’est adressée au gouvernement Droite/ Social-démocrate:

« Vous êtes littéralement en train d’essayer de faire plier les volontés de ceux qui souffrent, les pauvres au moyen d’une intimidation idéologique sans précédent. Désolée, je ne vous identifie pas à lui, mais Goebbels serait admiratif. Une énorme faillite pointe à l’horizon !A qui vous adressez-vous ? A ceux qu’on a déjà mis en faillite ?
Non, cette Grèce où le pays serait sauvé et le peuple en faillite ne nous intéresse pas (…)
Depuis ce matin, vous ne cessez de parler de chaos, même de guerre civile (…) Même la télévision d’État s’est tout à coup souvenue de l’épisode de la guerre civile (…) Nous apporterons notre réponse le moment venu.
Mais vous portez la responsabilité de porter devant le peuple de telles questions. Vous avez les échéances de la Troïka et de la Commission. Et je dis que de tels ultimatums n’ont pas été émis, même à la veille de guerres mondiales (…) Vous nous provoquez.
Nous vous avons écouté toute la journée parler de la guerre, nous dire que nous n’aurons aucune retraite, que nous recevrons des bons ou je ne sais quoi d’autre et à la fin vous nous parlez de guerre civile.Alors, maintenant, qui met le feu aux poudres?
Nous avons nos limites. Nous sommes polis, mais nous ne sommes pas des idiots…
Par conséquent, nous disons au peuple la chose suivante : une faillite d’ampleur s’annonce, que ce soit avec l’euro ou le drachme, nous ne pouvons le savoir par avance.
Deuxièmement, même si la Grèce améliore sa compétitivité, d’autres pays le seront encore plus. Dans le meilleur des cas, elle pourrait gagner 2 ou 3 places dans la hiérarchie européenne.
Mais cette compétitivité aura un coût encore plus élevé pour les travailleurs.
La Grèce sera sur-endettée sur 150 ans, comme ce fut le cas avec les prêts liés à « l’Indépendance »… En tout cas, celui qui est à terre n’a pas à craindre la chute.
Le peuple n’échappera pas à la faillite, peu importe ce qu’il acceptera, de travailler gratuitement, pour une, deux ou trois années.
Notre position, c’est  que les luttes empêcheront le pire. Mais il faut que le mouvement populaire se dirige vers le remplacement de ce système politique par un système politique où les travailleurs et le peuple auront le pouvoir.
Retrait de l’UE et annulation unilatérale de la dette!  il n’y a pas d’autre solution pour le peuple.

Le groupe parlementaire du  PC de Grèce a aussi réfuté le chantage du gouvernement avec des arguments choc:
« Aujourd’hui, les parlementaires, vous portez une responsabilité spéciale étant donné que vous approuvez une loi qui obligera les travailleurs à joindre les deux bouts avec un salaire de 489 euros, étant donné le coût élevé de la vie, et les jeunes à vivre avec un salaire de 440 euros au même moment où vous acceptez que seule une petite partie des chômeurs recevra 330 euros. […]

Personne n’a le droit de condamner les travailleurs à un salaire de 400 euros. Allez-vous déclarer « nous allons vous enterrer vivant pour votre propre bien? »(…) Est-ce votre seule préoccupation la monnaie avec laquelle s’exprimera la pauvreté du peuple?
Le système a dépassé ses limites historiques. Il n’est même plus capable de fournir un morceau de pain afin de racheter notre conscience. […] La richesse sociale aujourd’hui est incroyablement élevée et vous demandez au peuple de vivre dans les mêmes conditions qu’au Moyen-Age. Nous leur disons à tous de relever la tête, nous leurs disons qu’ils n’ont rien d’autre à perdre sinon leurs chaînes.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s