Mairie de Grasse : le droit de grève bafoué à la suite d’un mail « pirate »…

mailpirateentête

C’est l’histoire véridique du fonctionnement ubuesque  des services municipaux grassois et de certains de ses cadres trop zélés qui se comportent en petits chefs prétentieux ignorant des lois et même des droits constitutionnels.

Jeudi 31 janvier, les confédérations syndicales  CGT, FSU, … avaient appelé à une grève nationale dans la fonction publique pour exiger notamment l’augmentation des salaires gelés depuis trois ans.
Les personnels municipaux comme des hôpitaux étaient donc concernés et  « couverts » par l’appel à la grève annoncé au plan national.
Partout en France et dans le département des Alpes-Maritimes.
Partout, sauf à Grasse où, ignorant des lois et des libertés constitutionnelles dont fait partie le droit de grève, le chef du Service Éducation, a mis sous pression  des agents travaillant dans les Écoles en leur interdisant sous peine de sanction  de faire grève.
Coups de téléphones, menaces écrites, ordres et contre ordres  via la Direction d’École ont rythmé la journée de mardi.

Protestations du syndicat CGT majoritaire à la mairie de Grasse: rien n’y a fait. Le chef du service Education a persisté. Il a même confirmé par un mail envoyé à la Directrice avec copies au Directeur des Ressources Humaines  et à la  Directrice Générale adjointe des Services de la Ville.

L’affaire a débordé les frontières grassoises.
France 3 a dépêché une équipe pour enquêter et entendre les uns et les autres.
Si la responsable de l’Union Locale CGT a été claire, des employés municipaux ont fait état de pression et d’avoir été obligés de renoncer à la grève qu’ils voulaient faire.

Le plus cocasse, ou le plus ridicule, sans doute le plus incroyable, est qu’interrogé par la journaliste de France 3 , l’adjoint à l’Éducation de la municipalité Leleux, déclare que  les personnels avaient pleinement le droit de faire grève et qu’il n’avait pas connaissance de ce mail (ce qui est possible), mais qu’il devait s’agir d’un « mail pirate » (ce qui est impossible puisque ce mail est arrivé du service municipal de l’Éducation et qu’il a fait suite à plusieurs échanges téléphoniques entre le service, les agents et la Directrice).

Voilà comment  un cadre municipal peut  à Grasse intimider en toute illégalité les employées placées sous ses ordres et tenir des propos menaçants sans  plus que cela avoir des comptes à rendre et des excuses à fournir pour avoir remis en cause une liberté publique fondamentale.

Il serait surprenant que les salariés dont les droits ont été ainsi bafoués en restent là.
Le reportage de Fance 3  (cliquer sur le lien et accéder directement au reportage en avançant jusqu’à 3’53 ») donne une excellente idée du délabrement  et du mépris de la loi, des employés municipaux et des citoyens qui sont la marque de la municipalité Leleux.
A voir et à faire voir !
Et voici copie du mail « pirate qui n’existe pas »:
mailpirate

Publicités

2 réponses à “Mairie de Grasse : le droit de grève bafoué à la suite d’un mail « pirate »…

  1. Grasse victime d’une cyberattaque ou victime d’un chefaillon trop zélé qui veut plaire à ses maîtres ?

    C’est pas un quiz la réponse est trop facile…

    Un petit rappel : le droit de grève est un droit constitutionnel

    je ne marque pas la définition de « droit constitutionnel » le chefaillon ira chercher la définition ça l’occupera plutôt que faire du zèle !

  2. quels branques!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s