Assemblée Nationale: « Détricoter pièce par pièce l’accord dit de sécurisation de l’emploi »!

medef

Le député communiste André Chassaigne a annoncé que le groupe Front de Gauche à l’Assemblée Nationale  « détricotera pièce par pièce » l’accord dit de sécurisation de l’emploi, « pour montrer aux parlementaires et aux Français la nocivité de ce texte. »

L’accord signé par le Medef, la CFDT, la CFTC et la CFE-CGC  présenté mercredi 6 mars en Conseil des ministres, pour une application « début mai », selon Michel Sapin, le ministre du Travail.
La CGT, Force ouvrière, Solidaires et le FSU ont  organisé une journée de manifestations,  mardi 5 mars, contre la transposition de l’accord minoritaire du 11 janvier dans la loi.

« Nous considérons que ce sont 
les élus qui font la loi et ce serait une lourde dérive 
de la République que, au nom du dialogue social, 
la représentation nationale se voie imposer une loi dictée, en fait, par le Medef, a expliqué André Chassaigne dans un point de vue publié dans « l’Humanité »  du 4 mars . D’autant que cet accord est minoritaire. Les organisations syndicales signataires ne représentent que 38 % des salariés »

« Avec cet accord tel quel, le licenciement serait plus facile sous prétexte de compétitivité  ; la mobilité 
serait imposée à tous les salariés et tout refus 
pourrait entraîner le licenciement pour faute personnelle. La baisse du salaire ou l’augmentation du temps de travail, sur la base d’un simple accord d’entreprise, pourrait s’imposer aux salariés sans garantie réelle pour l’emploi. Les recours en justice seraient limités, de même que celui auprès des prud’hommes.« 

« Quand le projet de loi du gouvernement viendra en débat à l’Assemblée, nous entendons le détricoter pièce par pièce pour montrer aux parlementaires et aux Français la nocivité de ce texte. Nous voulons faire bouger les lignes. Nous allons déposer des centaines d’amendements pour construire une alternative. Nous avons élaboré, avec nos collègues du Sénat, une loi contre les licenciements boursiers.
Nous allons la décliner en amendements pour redéfinir les licenciements économiques, les licenciements abusifs, les licenciements boursiers, pour permettre 
aux salariés de saisir les juges pas seulement sur la forme mais sur le fond…
Avec le Front de gauche, nous avons construit ce projet en lien avec les salariés en lutte. Pour la première fois depuis le début de la législature, la jonction entre luttes sociales et luttes parlementaires va se faire. Tenant compte du sujet 
et de l’enjeu, c’est la mère des batailles.« 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s