Lourès, Evora, Béja… le Parti Communiste Portugais seul gagnant des élections municipales du 29 septembre

evora

Au Portugal, les élections municipales du 29 septembre ont été marquées par la crise qui a poussé à l’abstention ou au vote blanc de nombreux électeurs, mais aussi par un net renforcement de la coalition menée par le PCP qui gèrera plusieurs grandes villes.
Globalement, il y avait eu 59% de votants en 2009;  52,6% le 29 septembre.

Les partis de droite  qui sont au gouvernement et appliquent la désastreuse  politique d’austérité  de l’Union Européenne et de « la Troïka » subissent une défaite cinglante: PPD/PSD, avec 16,69%,  perdent 30% de leurs voix (- 440 000 ) et 130 sièges.

Le Parti Socialiste présenté par les médias (notamment, en France, « le Monde »)   comme le « grand vainqueur »  gagne par le mécanisme électoral -et non par les suffrages- un nombre certain de municipalités. Mais s’il conserve le même nombre de mandats (921), il  recule  en pourcentage avec 36,25  de 1,4%.
Surtout, il perd 274 000 voix: les Portugais le considèrent  responsable de la politique d’austérité et des choix de l’Union Européenne qu’il n’a cessé de soutenir lorsqu’il était au pouvoir.

Troisième force du pays, à contre courant, grâce à une campagne combative et rassembleuse, la Coalition Démocratique Unitaire du Parti Communiste Portugais et des Verts progresse en pourcentage, suffrages et mandats: + 1,3%,  +  13 000 voix, + 29 mandats (213 au lieu de174) .
Le PCP-CDU obtient nationalement entre 11 et 12%.
11,1% pour les Chambres municipales (exécutif) et 12% aux Assemblées municipales (législatif), les meilleurs résultats aux élections locales sur ces vingt dernières années.

On note d’une part une progression encourageante dans les régions qui ne sont pourtant pas ses bastions : 7% dans la région de Porto au nord (4% en 2009), 7,5% à Coimbra au centre (5,5% en 2009) ou encore 11,7% à Faro, à l’extrême-sud (6% en 2009).

Dans les régions « rouges » du Sud, les communistes font le plein : 14,1% à Santarem, 15,8% dans la région métropolitaine de Lisbonne, 17,2 % à Portalegre, 38,6% à Beja, 38,5% à Évora (première place devant le PS) et 42% dans la région de Setúbal – la 3 ème du pays – avec majorité absolue à l’Exécutif régional.

A l’échelle des communes, le Parti Communiste Portugais gèrera 34 des 308 communes que compte le pays.
Il récupère 10 mairies dont, dans l’Alentéjo, sur le PS,  les deux capitales de district: Beja (36 000 habitants) et Evora (56 600  h.), tout en obtenant la majorité absolue dans les deux plus importantes mairies communistes, Setubal et Almada (174 000h.), la 10ème ville du pays dans la banlieue de Setúbal. Dans la banlieue de Lisbonne, les communistes administreront désormais Lourès (205 000h).

Pour une analyse plus complète, lire l’article de Pedro da Nobrega:
Cliquer ci dessous:
http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=10635

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s