Brignoles: quand la gauche renonce, le FN progresse

var_infog_canton_brignoles.jpg

Le résultat de la cantonale partielle du dimanche 6 octobre à Brignoles doit faire réfléchir.
L’UMP et le FN demeurent seuls au second tour.
Le  FN est à plus de 40%.
Le total « gauche » dépasse à peine 23%. Il est en recul de 20 points sur 2011.

Bien sûr, pour avoir un sens,  ces pourcentages doivent être mis en rapport avec les résultats en voix auxquels, curieusement, aucun des grands médias n’a fait allusion.
Ce qui, ajouté au fait qu’il s’agit d’une élection cantonale partielle, le 3° scrutin en trois ans,  doit conduire à relativiser ce scrutin, sans toutefois  cacher ce qu’il révèle d’évolutions inquiétantes.
Si le recul du total des voix de gauche (candidat communiste soutenu par la direction nationale du PS) + candidate EE/Verts (pour qui la section socialiste de Brignoles a fait campagne) de 3100  à 1679 est incontestable, l’UMP enregistre, elle aussi, un recul:  de 1991 à 1387 voix.
Quant au Front National, il progresse en %, mais recule en voix: de 2757 à 2718 voix.
Sa progression, en dépit de la promotion nationale dont il bénéficie en permanence dans la presse et sur les ondes, est donc relative.
En même temps, son score indique une colère de plus en plus forte d’une partie non négligeable des électeurs qui renvoient dos à dos UMP et PS, « gauche » et droite.

La politique gouvernementale pro MEDEF suivie par Hollande et le gouvernement PS- Verts fait que même une candidature unique aurait été laminée car ce que demande notre peuple c’est une autre politique.

De ce point de vue, le billet de Marie George Buffet posté dimanche soir met les points sur les i:

« Voila le résultat de dix ans de droite chassant sur les terres de l’extrême droite et d’une gauche au pouvoir qui suit, à peu de choses près les mêmes sillons que la droite aux plans économique et social.
Voila aussi l’urgence d’une alternative claire à gauche, face au danger, l’heure est moins à l’appel au front républicain sans contenu qu’à une mobilisation sans précédent sur les contenus d’une politique de gauche redonnant sens et efficacité à la politique dans la vie quotidienne de nos compatriotes.
Voila, pour moi, c’était cela la raison d’être du Front de Gauche, qu’est il devenu? »
Il y a la responsabilité du gouvernement. Il y a aussi la nôtre, celle du Front de Gauche.

Enfin, une dernière remarque, le même jour où le FN est en piste pour remporter un canton, Moscovici vient d’annoncer le recul du gouvernement sur la taxation des profits.

Tout est là, quand « la gauche »  renonce, c’est l’extrême-droite qui progresse!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s