Référendum en Ecosse: ce qu’en disent les communistes écossais

ecosse

Le Non à l’Indépendance écossaise l’a finalement emporté, jeudi,  par près de 54% contre  46% au Oui.
Ces résultats sont porteurs de plusieurs messages dont l’exaspération d’une large partie des électeurs de Gauche devant les politiques néo libérales de Londres.
En même temps, ils traduisent les pressions sur l’électorat de l’Union Européenne en faveur du maintien de l’Ecosse dans la Grande Bretagne, même si,  l’éclatement des Etats correspond au fond de la politique de Bruxelles qui a pour objectif la construction d’une Europe des régions dans un cadre fédéral.

Les défenseurs de l’indépendance de l’Écosse -qui sont de fervents européïstes– ont abandonné un point de vue de classe pour un point de vue nationaliste qui masque les intérêts du grand capital qui sont ceux de « l’Europe des régions ».
Il est illusoire de prétendre que les travailleurs écossais auraient pu obtenir un quelconque avantage dans le cas où le Oui l’aurait emporté.
Car l’Écosse aurait continué à être un État capitaliste dans lequel la plupart des richesses (banques, saumon, whisky, ce qu’il reste de pétrole en Mer du Nord …) aurait continué à être dans les mains du du capital étranger.
Et si, après l’indépendance, l’Ecosse n’avait pas obtenu la souveraineté monétaire, elle aurait été réduite à la triste situation du Panama. Celle où la monnaie d’échange est le dollar des États-Unis.
Un autre piège pour les travailleurs se serait refermé, si après l’indépendance, l’Écosse avait dû demander d’adhérer à l’Union Européenne.

En réalité, il est beaucoup plus important pour les travailleurs de l’ensemble du Royaume Uni -et d’Europe- qu’ils luttent contre le Traité de « Libre Echange Transatlantique » (TAFTA) que sont en train de tramer Washington, les bureaucrates de Bruxelles, la Commission Européenne, et, à l’unisson, les dirigeants conservateurs, libéraux et sociaux-démocrates de nos pays.

Dans une déclaration du 19 septembre, le Parti Communiste de Grande Bretagne déclare notamment:
« …Les électeurs ont exercé leur droit à l’autodétermination. Ils ont décidé de rester une partie de la Grande Bretagne et réaffirmé que le maintien de l’unité à ce niveau est décisif dans le combat pour la justice sociale et économique et contre les attaques des Conservateurs qui frappent tous les peuples de Grande Bretagne.
Néanmoins,  le Oui a obtenu de très fort soutiens dans les zones de très grande pauvreté et de chômage. A Glasgow, Dundee, dans le Nord Lanarkshire et le Dunbartonshire de l’Ouest qui soutiennent traditionnellement les Travaillistes, le Oui a été majoritaire.
Cela traduit le niveau de désenchantement parmi ceux qui sont le plus durement frappés par l’austérité et les attaques contre l’Etat social. C’est l’indication qu’une minorité significative a perdu confiance dans la capacité du Parti Travailliste et du mouvement syndical à agir contre le pouvoir des milieux financiers et des super riches.
C’est un défi pour la Gauche! (…)« 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s