Pierre Laurent: aller à la racine des attentats et du « chaos généralisé » du monde

voeuxplaurent_0

Le 12 janvier, au siège national du Parti Communiste Français, Pierre Laurent, Secrétaire national du PCF a présenté ses vœux devant plus d’un millier de personnes bouleversées par la tuerie à « Charlie-Hebdo » et à la supérette cachère.
Dans son discours que l’assistance  a écouté dans un grand silence, le dirigeant communiste est allé au fond des choses. Il a dénoncé la stigmatisation et l’amalgame  des musulmans de France avec des délinquants qui ont basculé dans le meurtre , mais aussi mis l’accent sur les exclusions  qui génèrent dans notre société les dérives de jeunes sans perspective. En même temps, Pierre Laurent est revenu sur les responsabilités des gouvernements des Etats-Unis, de la France et de certains pays européens qui par leur ingérences guerrières ont permis al multiplication des foyers de terrorisme.


Extraits:
« Les musulmans sont, dans le monde, les premières victimes du fondamentalisme islamiste. Et en France, ils en sont les premiers stigmatisés.

Depuis mercredi dernier, la liste des mosquées cible d’attaques  s’allonge de jour en jour. Coups de feu à Port-la-Nouvelle et à Saint-Juery ; explosion à Villefranche-sur-Saône, incendie à Aix-les-Bains, tags et vandalisme à Bayonne, Rennes, Béthune, Chalon-sur- Saône, Poitiers, tête de porc accrochée à l’entrée d’une salle de prière en Corse.
Le drame que nous venons de vivre ne doit pas devenir le prétexte de la haine du musulman ! Pas plus que la moindre concession à l’antisémitisme ne puisse être tolérée.

Ce ne sont pas les musulmans qui doivent être mis en cause, mais l’exclusion et la perte d’espoir de toute une jeunesse

Toute forme de stigmatisation d’une communauté, quelle qu’elle soit, doit être condamnée  avec fermeté et détermination.Cette suspicion n’est que le reflet d’un racisme banalisé pour qui la religion musulmane serait intrinsèquement dangereuse.
Dans l’odieux, Florian Philippot est même allé plus loin en dénonçant « les pudeurs des responsables politiques » qui ne veulent pas admettre « l’évidence du lien entre immigration et fondamentalisme islamique ». Je n’ai pas oublié les propos du clan Le Pen, que nous ressort la fille à longueur d’ondes. Je cite : « Combien de Mohamed Merah parmi les enfants de ces immigrés non assimilés ? » Elle n’hésite pas à agiter le spectre de l’immigré comme étant l’ennemi de l’intérieur et les quartiers populaires sont montrés du doigt.

Cette affirmation lepéniste est une honte et une dangereuse bombe à retardement lâchée au cœur de notre société en crise. Elle est totalement fausse.
Le ministère de l’Intérieur admet que sur les 1 200 jeunes français répertoriés comme s’étant engagés ou ayant tenté de s’engager dans les guerres d’Irak ou de Syrie, 30 % sont des femmes, 30 % des mineurs et 20 % des convertis.

Ce phénomène inquiétant touche donc la jeunesse française, et a en réalité à voir avec l’attrait des logiques de guerre, la radicalisation politique extrême et des frustrations graves ainsi que des phénomènes de désocialisation grave de ces jeunes. Elle n’a rien à voir avec l’immigration.

Quel monde, quelle société produisons-nous ?
Voilà ce qui devrait nous interpeller et nous inciter à changer ce monde !

Les guerres provoquées par les États Unis, la France et d’autres pays occidentaux ont entrainé la multiplication des foyers terroristes !

Les jours douloureux que notre pays traverse depuis le massacre de « Charlie Hebdo » interviennent au moment où les parlementaires français sont amenés, demain mardi, à se prononcer sur la poursuite de l’intervention française en Irak, sous égide d’une coalition internationale sous commandement américain.

Je veux vous dire pourquoi nous n’apportons pas notre soutien à la poursuite de cette guerre, pourquoi nous demandons la redéfinition de la stratégie internationale de la France.
L’évolution de la situation en Irak et au Proche-Orient, depuis septembre 2014 et le début de l’intervention aérienne française en Irak révèlent à la fois les limites de l’efficacité de ces frappes et les ambiguïtés de la politique de la France. Toute l’histoire des vingt dernières années, en Irak déjà, en Afghanistan, en Libye… est là pour le confirmer : les interventions militaires occidentales ont toutes eu pour résultat de renforcer les organisations djihadistes.
La stratégie militaire ne fait pas une stratégie globale et c’est à ce problème que le monde est confronté du fait des choix faits par les États-Unis, leurs alliés, depuis vingt ans, et du fait du soutien actif d’États, alliés des États-Unis ou de l’OTAN comme le Qatar, l’Arabie saoudite ou encore, on l’a vu récemment, le double jeu d’un pays comme la Turquie.

Comme je l’indiquais au Sénat lors du débat de septembre : « Si la lutte contre l’Organisation de l’État islamique et les groupes djihadistes ne vise pas les causes et les facteurs qui nourrissent leur développement et leur implantation, alors l’objectif ne pourra être atteint et les opérations n’y changeront rien ».

Quatre mois après le début des bombardements, où sont les résultats militaires promis ?
Les menaces se sont mêmes faites plus fortes, du Proche-Orient jusqu’en Afrique, qu’il s’agisse d’exécutions d’otages mais aussi de massacres de masse comme dans plusieurs villages nigérians, il y a quelques jours, où plusieurs centaines de personnes ont perdu la vie.

Nous avons même pu voir à quel point cette stratégie se défaussait quand il s’est agi de répondre à l’appel des populations de Kobanê et des forces démocratiques du PYD aux premières lignes de l’avancée meurtrière de Daesh en Syrie. Pire, on a vu la Turquie laisser passer les djihadistes, leur armement lourd, leur pétrole mais bloquer les volontaires turcs et kurdes, les réfugiés kurdes, syriens et irakiens, l’aide humanitaire et l’appui militaire aux forces du PYD. Pendant des semaines, des mois, leur appel à bombarder les positions de Daesh en face de Kobanê a été ignoré des chancelleries française et américaine.

Notre détermination à stopper les groupes armés islamistes est sans équivoque mais force est de constater que la stratégie de « guerre au terrorisme » mise en œuvre, en particulier depuis le 11 septembre 2001, est en échec patent et produit les effets inverses aux objectifs affichés.

Les foyers djihadistes ont été multipliés par treize; des centaines de jeunes Européens, de Français, parmi lesquels beaucoup de jeunes femmes, passent directement de la délinquance et de l’exclusion sociale à l’embrigadement fanatique criminel, les populations de Syrie et d’Irak sont piégées entre les risques de mort et les souffrances de l’exil ; leur évacuation et leur tentative de trouver la vie sauve fait l’objet d’un commerce ignoble de trafiquants qui n’hésitent à pas laisser s’échouer en Italie des cargos conçus pour le transport animal et remplis de centaines de réfugiés de tous âges. Le Liban de son côté voit sa population dépassée par l’afflux de réfugiés syriens sans qu’une véritable aide humanitaire internationale ne s’organise : seule, son armée par l’entremise de la France et de l’Arabie saoudite se prépare au pire.

Ce chaos généralisé, ce climat de guerre doivent être stoppés…« 

Ecouter l’intégralité du discours du Secrétaire Nationale du PCF
Pour accéder à la vidéo, cliquer sur ce lien

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s