« La guerre ailleurs, les attentats chez nous ». Situer les responsabilités.

Attentats-Hôpitaux
Dès l’annonce des attentats les personnels des services publics -en premier lieu-  hospitaliers, même en congés, se sont mobilisés pour sauver les vies.

Les communistes du Pays Grassois réunis en Assemblée Générale, lundi 16 novembre, ont adopté une déclaration qui, au delà de la profonde et légitime émotion partagée devant les attentats djihadistes, réclame non seulement le démantèlement des filières terroristes sur le territoire français, mais pointe les conditions d’une éradication à sa source -les guerres au Proche-Orient dues aux ingérences étrangères et aux appétits de l’impérialisme « occidental« – et la complicité des Etats saoudiens, qataris et turcs dans la situation actuelle.

« La première pensée des communistes du Pays Grassois et de leurs amis va aux victimes des attentats du 13 novembre à Paris, aux familles des tués et des blessés auxquelles nous adressons nos condoléances et notre solidarité.

Nous condamnons totalement ces actes odieux revendiqués par un discours haineux et obscurantiste.
Nous saluons l’efficacité exemplaire dans cette situation dramatique de l’ensemble des services publics, notamment des hôpitaux publics, le dévouement des personnels, les pompiers et la police.

Si nous partageons le deuil national, nous n’acceptons pas l’utilisation d’un climat de peur pour étouffer le débat public indispensable.
Certains politiciens récupèrent ce drame pour attiser les peurs, les divisions et les haines, notamment les Wauquiez, Le Pen, Ciotti et Luca.

Nous ne les laisserons pas stigmatiser scandaleusement et insidieusement nos concitoyens musulmans -ou supposés musulmans- en les associant aux criminels. Pas plus que nous n’acceptons que soient montrés du doigt des réfugiés qui fuient justement la guerre et un terrorisme qu’ils subissent depuis des années.

L’émotion ne nous conduit pas non plus à nous ranger, sous quelque appel à « l’union sacrée », derrière la politique guerrière poursuivie par le gouvernement français.
E. Valls répète depuis des semaines que « la France est en guerre ».
Il justifie les bombardements en Irak et en Syrie et leurs terribles effets collatéraux au nom de la « légitime défense » devant les attentats terroristes sur le
sol national.
Ainsi il nourrit l’engrenage de la violence et de la guerre et fournit aux terroristes une pseudo justification de leurs agissements criminels.
La politique extérieure guerrière de la France, surtout depuis l’arrivée à la Présidence de la République de Sarkozy en 2007, porte une lourde responsabilité dans le développement de forces politiques et militaires obscurantistes et terroristes.
La liquidation de l’Etat libyen, soutenu par une bonne partie de la fausse gauche, a fait le nid de « l’islamisme » soit disant combattu.
Depuis 2012, F. Hollande et L. Fabius se sont acharnés sur la Syrie et ontcontribué à détruire l’Etat avec l’appui des pétro monarchies du Golfe et du
gouvernement islamo-conservateur du Turc Erdogan qui soutiennent et financent les djihadistes.
Au lendemain des attentats de Paris, nous appelons à l’arrêt de la participation de la France à la guerre en Irak et en Syrie.

Nous appelons aussi à une condamnation internationale par la France des Etats complices d’Al Qaïda et Daech, à des pressions et des sanctions sur l’Arabie Saoudite, le Qatar et la Turquie, pour assécher leur
approvisionnement militaire et financier.

Le règlement politique du conflit syrien passe notamment par la fin de toutes ces interventions extérieures.

Nous appelons les travailleurs et l’ensemble du peuple de France à ne pas se laisser manipuler.

Les communistes veulent que les moyens matériels et humains nécessaires au plan de la Police et de la Justice soient mobilisés pour que les auteurs des attentats soient retrouvés ainsi que leurs commanditaires et complices qui doivent être soient aussi jugés et condamnés.
Mais cette action doit être menée dans le cadre strict des lois de la République et des libertés démocratiques qui ne peuvent, sous aucun prétexte, n’être abandonnées ni détournées.

Les communistes du Pays Grassois réaffirment leur engagement pour la justice sociale, contre les logiques de division et de haine, contre l’engrenage de la guerre impérialiste qui nourrit le terrorisme là-bas et ici, pour la solidarité et pour la paix.

Grasse, le 16 novembre 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s