Goodyear: les travailleurs se battent pour l’emploi. On les envoie en prison !

Pour avoir accompli leur devoir de syndicalistes, huit travailleurs de Goodyear ont été condamnés par un Tribunal de la République à 24 mois de prison dont 9 mois ferme.
Cette façon dont la « justice » est aujourd’hui rendue en France montre au service de quels intérêts est l’appareil d’Etat.

Après sept ans de lutte face à la multinationale Goodyear marqués de conflits durs avec un patronat violent, usant de manœuvres indignes, l’entreprise a finalement fermé ses portes en France pour s’installer en Russie.

On parle de la « violence » des travailleurs qui ont « séquestré » deux cadres (en les laissant libre de leurs mouvements dans l’entreprise). Mais rien n’est dit de la violence des employeurs qui, face à des propositions pour maintenir et développer l’emploi, ne répondent que par le mépris, les licenciements et la répression.
Rien n’est dit sur les 12 suicides de travailleurs de chez Goodyear, des divorces, des vies brisées pour des centaines de familles…

La condamnation qui frappe ces travailleurs qui n’ont fait que se défendre et défendre l’emploi industriel en France est une des condamnations pénales les plus lourdes de ces 30 dernières années.
Elle s’inscrit dans un mouvement de criminalisation de l’action syndicale, qui s’accentue jour après jour et qui est voulue par le gouvernement PS.
Elle contraste d’autant plus avec les silences et les « pannes » de la « justice » quand il s’agit de condamner les copains, les coquins et les ripoux de la République. Le très sarkozyste député UMP Balkany, tout comme la députée PS marseillaise Syvie Andrieux continuent de pavaner à l’Assemblée Nationale sans que ni Sarkozy ni Cambadélis n’y trouvent à redire…

La répression syndicale est une stratégie qui va bien au-delà des rangs du patronat, puisque le procureur de la République a décidé de poursuivre les militants de Goodyear, alors même que l’entreprise avait abandonné toutes les plaintes.

Le gouvernement de la fausse gauche des Hollande-Valls-Macron a décidé de faire un exemple en intimidant tous les travailleurs qui se battent pour leurs droits et leurs emplois.
Ce sont les fondements mêmes de la démocratie qui sont atteints lorsque les libertés syndicales sont attaquées.
Les huit militants doivent être relaxés.
N’acceptons pas l’inacceptable!

Signons et faisons signer la pétition et adressons la à M. Hollande et aux siens qui, là encore, ont trahi leurs engagements:

https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-l-appel-des-goodyear

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s