« La loi du marché », un film de combat, une tragédie ordinaire. A voir !

Dans « La loi du marché », film qui a été présenté en compétition dans la Sélection officielle au dernier Festival de Cannes et pour lequel Vincent Lindon a obtenu le Prix d’Interprétation masculine, Stéphane Brizé explore une face, sans doute la plus exacte au plan humain, de la société française d’aujourd’hui.

Le film sera projeté à l’initiative de l’association Culture et Loisirs,  vendredi 5 février à 19h, pour une unique séance,  au cinéma Studio de Grasse, boulevard du Jeu de Ballon.

Thierry (Vincent Lindon), ouvrier au chômage depuis vingt mois, père d’un ado handicapé, supporte avec dignité toutes les humiliations liées à sa condition de demandeur d’emploi.
Il finit par accepter un poste de vigile dans un supermarché pour subvenir aux besoins de sa famille.
Un poste qui va lui poser d’énormes problèmes moraux. En effet, son travail consistera à surveiller clients et aussi le petit personnel, et finir par se retrouver, de fait, dénonciateur de caissières…

« La loi du marché » décrit clairement la façon dont l’époque assimile les procédures d’autosurveillance et d’aliénation volontaire fabriquées par un système économique capitaliste que l’on préfère désormais présenter sous le vocable trompeur de « libéralisme »..

Dans ce film que certains critiques ont appelé un « film coup de poing », tourné façon cinéma-vérité et réalisé avec un budget dérisoire (1,2 M€), avec des interprètes non professionnels, Vincent Lindon est exceptionnel.

« La Loi du marché », drame français de Stéphane Brizé, avec Vincent Lindon, Yves Ory, Karine de Mirbeck (Durée : 1h33)

Quelques critiques :

« Le climat délétère et vengeur qui infuse politiquement toute la société française s’explique aussi dans ce que le film essaie de mettre en scène : cette guerre de tous contre tous organisée à bas bruit et qui se substitue aux logiques d’affrontement de classes ». (Libération)

« L’effet recherché est obtenu : assimiler la loi du marché à une loi de la jungle, où, au nom de la survie, on est contraint de subir le pire. Une vision au vitriol du chômage et du monde de l’entreprise (en l’occurrence un hypermarché où Thierry devient vigile). C’est avant tout un documentaire sur Vincent Lindon plongé dans une réalité impitoyable et tentant d’y répondre avec le maximum de sensibilité. Mission accomplie ». (L’Humanité)

« Ce monde est sinistre, le film ne l’est jamais, qui montre des gens qui, sans rien dire, résistent, et détournent le couteau qui leur est placé sous la gorge. Pour dire la vie telle qu’elle est, il n’y a que le cinéma, ce cinéma-là plus encore que les autres, quand un Brizé, un Lindon, des inconnus inoubliables s’en emparent ». (Le Nouvel Obs)

« La Loi du marché est un film sur ces humiliés et ces offensés. Sur un système qui les pousse à s’humilier. Qui s’autorise à les offenser. C’est un film de combat. Une tragédie ordinaire ». (Télérama)

D

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s