Siège du PS à Nice « attaqué par la CGT »: la CGT Transports apporte des précisions

CGT Transports

D’abord, il y a la version du PS:  ce qu’affirme le Secrétaire départemental du PS des AM et qui a été relayé sans grandes précautions par la presse locale.
« Une salariée a été blessée » et « une plainte déposée » suite à une manifestation devant le siège départemental du PS  selon « Nice Premium ».
« Ca commence à bien faire… Hier après-midi [3 juin], des militants CGT ont fait irruption devant la fédération du Parti socialiste des Alpes-Maritimes. Ils ont exigé d’être reçus, mais ni nous, ni la police n’avions été informés de cette action » affirme Xavier Garcia, secrétaire du PS 06.


« Les deux salariées ont été rapidement prises à partie et menacées raconte « Nice Premium »- L’une d’elle a été touchée par un jet de pétard et, par la suite, n’entendait plus d’une oreille et a été prise de violents maux de tête et conduite chez le médecin. L’autre, âgée de 22 ans, terrorisée par les insultes, les menaces physiques, les jets de pétard et les violents coups dans la porte était en état de choc.
Xavier Garcia condamne ces agissements : « Ces comportements envers deux salariées, qui plus est des femmes, sont proprement inadmissibles, surtout de la part de gens issus du grand syndicat qu’est la CGT. Il va sans dire qu’ils ne resteront pas sans suite et qu’une plainte sera déposée ».

Ensuite, il  y a le communiqué de la CGT-Transports des AM qui apporte quelques prectifications de taille et dont le responsable départemental Pierre Otto Bruc demande un droit de réponse aux articles parus dans  Nice-Matin des 3 et 6 juin 2016:

« Au travers de ces articles, Nice Matin » dénonce des scènes de violences et l’orchestration d’un véritable climat de terreur lors d’une manifestation organisée par le syndicat CGT DES TRANSPORTS et les salariés de KEOLIS BAIE DES ANGES devant les locaux du Parti Socialiste à NICE.

Il est ainsi fait état de locaux assiégés, d’agression de salariés, de femmes, d’explosions de fumigènes, et de dégradation de biens publics, prise d’assaut de la permanence …
Ces informations sont tout à fait erronées et méritent qu’il y soit apporté réponse.

La réalité de la situation est la suivante :
Les salariés de Kéolis Baie des Anges sont en grève depuis le 29 avril. Ils sont atterrés du désintérêt des pouvoirs publics dans ce conflit qui n’aurait jamais dû avoir lieu.
En effet comme les deux conflits précédents, celui-ci est totalement de la responsabilité de l’employeur qui n’applique pas la législation du travail.
Récemment, le premier ministre a déclaré « la CGT ne fait pas la loi ».
C’est exact ! Mais qui est chargé de la faire respecter, se demandent les salariés de Kéolis ?
C’est pour échanger sur la question et demander soutien, qu’ils sont venus manifester rue Biscarra après avoir averti plusieurs médias dont « Nice-Matin » (qui n’a pas cru bon se déplacer, ou qui est venu après notre départ, mais n’hésite pas à rendre compte de faits auxquels il n’a pas assisté) et la Police via les Renseignements Généraux (qui eux étaient bien présents).

Alors certes, certains de ces salariés, désespérés après 35 jours de grève vendredi (38 aujourd’hui) sans avoir pu être entendus, ont bien fait claquer quelques pétards, mais à aucun moment, et contrairement à ce qui en est dit, à hauteur d’homme.

De même, personne n’est entré dans les locaux du Parti Socialiste, aucun coup de pied n’a été donné dans les vitrines (ouverts ? fermés ? C’est selon à la lecture des articles ou au regard de la photo publiée), personne ne s’est montré agressif envers qui que ce soit.

Rappelons que toute la scène a eu lieu en présence de la Police Nationale et d’un agent des Renseignements Généraux
Ceux-ci seraient à n’en pas douter intervenus, s’il y avait eu le moindre débordement de ce type.

La CGT transports qui soutient l’action des salariés de Kéolis dénonce cette campagne de dénigrement qui vise à décrédibiliser l’action collective et regrette que le PS ne s’associe pas aux salariés en lutte pour le respect de leur droit.
La loi « El Khomri » promet des avancées sociales avec la primauté aux accords d’entreprise ….
A Kéolis on en est très loin !
Aucun dialogue social, aucune prise en compte de l’intérêt collectif des salariés, aucun respect de la législation du travail… Et maintenant, même le droit de manifester semble remis en cause ».

On attend avec intérêt la réponse du Secrétaire départemental du PS 06 et un écho au droit de réponse de la CGT dans les médias locaux.

Faute de quoi, chacun considèrera, avec quelque raison, que la CGT est non seulement la bête noire d’un grand patronat et de Gattaz pour qui elle est l’obstacle principal à la surexploitation des salariés et à l’UMP/LR à sa botte, mais aussi à un gouvernement et à un PS qui n’en finissent plus de se renier et de dériver vers un néolibéralisme destructeur.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s