En avant-première à Grasse: « La Sociale », un film sur la création de la Sécurité Sociale et l’enjeu qu’elle représente aujourd’hui pour tous

lasocialeaffichehd

L’Association Loisirs et Culture de Grasse et l’Union Locale CGT présentent  en avant-première : « La Sociale« ,  un film de Gilles Perret.

                                    Vendredi 4 Novembre 2016 à 19h
                                      au Cinéma Studio à Grasse (Bd du Jeu de Ballon)
entrée: 5,5 €

Il y a 70 ans, les ordonnances promulguant les champs d’application de la Sécurité Sociale étaient votées par le Gouvernement  Provisoire de la République qui mettait ainsi en application un des plus importants engagements du Programme du Conseil National de la Résistance.
L’artisan de cette conquête était un ouvrier communiste devenu Ministre : Ambroise Croizat.

70 ans plus tard, il est temps de raconter cette belle histoire de «  la Sécu » qui est aussi l’histoire de luttes longues et acharnées.

Comment cette « utopie » a t-elle pu devenir possible?
Quels en sont ses principes de base?
Qui en sont ses bâtisseurs et qu’est devenue au fil des décennies cette grande conquête sociale qui,continue de bénéficier à 66 millions de français, malgré tous les coups portés par les partisans du néolibéralisme ?

Un spécialiste de l’histoire de la Sécurité Sociale qui animera le débat. La soirée se clôturera  par un repas convivial (8 €) à la Bourse du Travail, 11 rue Gazan à Grasse (réservation par mèl ou téléphone),
Repas  (daube-polenta-café) sur inscription :
06 64 83 06 57 ou culture.loisirs06130@gmail.com

« Il y a toujours eu des opposants: avant la Sécu, il y avait un système de charités, de mutuelles chrétiennes ou patronales. Passer sous la coupe de la CGT et du Parti Communiste n’a pas été simple, mais sans eux, la généralisation du système pour les classes les plus pauvres n’auraient pas eu lieu.
Les forces réactionnaires se sont tout de suite organisées pour résister à ce projet.
La Sécu a été attaquée de l’intérieur, car l’État nomme des directeurs de plus en plus imprégnés de libéralisme, et de l’extérieur, notamment par ce mouvement pour le droit à être désaffilié de la Sécurité Sociale.
Ce sont des ultralibéraux, assez agressifs, qui disent aux gens: “ Vous auriez des salaires doubles en arrêtant de cotiser, et en prenant des petites assurances pas cher.” C’est le projet du Medef qui progresse et pour
moi le loup est dans la bergerie ».

Gilles Perret interviewé dans « le Midi Libre »  (25 mars 2016).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s